Évacuations réglementaires des locaux professionnels

produit kytom
kytom aménagement bureaux

L’importance du respect des unités de passage

Pour un espace professionnel, qui accueille des travailleurs, il est nécessaire de bien respecter les contraintes d’unités de passage. Ce point est essentiel puisqu’en cas de nécessité d’évacuation d’urgence d’un bâtiment, il faut que les occupants de l’espace puissent sortir facilement.

Pour cela, il existe des normes à respecter qui codifient les dimensions minimales des différentes ouvertures comme les couloirs de circulation et les portes, à respecter.

Pour chaque projet de construction et d’agencement de locaux professionnels, il est important de bien se référer à la largeur type de ces circulations. Seul un bureau de contrôle agréé est qualifié pour garantir le respect du code du travail.

Les normes usuelles qui régissent les unités de passage

 

Le nombre et les dimensions des unités de passage conditionnent le nombre de personnes qui pourront être présentes au même moment dans l’établissement qu’il soit classé en ERT ou en ERP.

Il existe une référence qui permet d’établir une mesure précise de l’unité de passage pour un bâtiment donné. Elle est déterminée en fonction du nombre des occupants qui vont emprunter l’issue d’urgence en cas d’alerte.

Par exemple, pour une unité de passage, communément appelé UP, il faut prévoir une largeur de 0,6 m à 0,9 m. Pour 2 UP, il faut dans ce cas réserver une espace de 1,20 m à 1,40 m.

La règlementation en vigueur pour les unités de passage

Comme cela implique la sécurité humaine, il existe une liste de décrets et de lois sur l’unité de passage, à savoir :

  • Décret n°2010-78 du 21 janvier 2010: qui prévoit l’établissement d’instructions d’évacuation du personnel dans les établissements de moins de 50 personnes et une obligation d’information renforcée des travailleurs sur le risque incendie.
  • Directive 89/391/CEE du 12 juin 1989 : qui assure des obligations pour les employeurs en matière de lutte contre l’incendie et d’évacuation des travailleurs.
  • Décrets n° 92-332 et n° 92-333 du 31 mars 1992 : transposition de la directive. Ces textes de loi développent, entre autres, les obligations des chefs d’établissement pour les lieux de travail existants.
  • Articles R. 4227-1 à R. 4227-54 : intégration des éléments décrits dans les 2 décrets précédents.

.